Archive

Posts Tagged ‘HSBC Amanah’

De Wall Street à Dubaï – Spécificités lucratives de la finance islamique

March 7, 2010 52 comments

Les restrictions religieuses de la jurisprudence islamique ont permis aux banques islamiques de disposer de liquidités importantes comparativement à leurs rivales occidentales après les derniers soubresauts économiques, mais des réformes progressives doivent avoir lieu pour que le secteur dans son ensemble amorce dans l’avenir une croissance positive structurellement durable.

Par Marquis Codjia


Read in English

Un colloque supranational d’acteurs financiers de premier plan a eu lieu récemment (2 et 3 mars 2010) au luxueux Centre de Conférences Roi Hussein Bin Talal sur les rivages de la mer morte, environ 40 kilomètres au sud-ouest d’Amman, en Jordanie.

L’événement a suscité peu d’intérêt dans les médias traditionnels en Occident ; cependant, les géants du secteur bancaire global suivaient de près les éventuelles décisions majeures que pouvait contenir le communiqué final.

Ils avaient raison d’adopter telle posture.

La conférence, le premier Forum islamique de finance et d’investissements du Moyen-Orient, se déroula en Jordanie, pays économiquement sain et politiquement stable, allié important de l’occident dans une région géostratégiquement névralgique, et l’un des premiers pays au Moyen-Orient et en Afrique du Nord disposant d’une bonne qualité de vie, selon le rapport Qualité d’index de vie 2010 préparé par International Living Magazine.

Un autre facteur essentiel à noter était le fait que les participants constituaient la crème de la crème du marché financier islamique, un groupe de plus de 350 banquiers et experts de 15 pays qui compte impulser des reformes économiques dans un secteur en pleine croissance.

Une analyse panoramique des métiers bancaires islamiques est utile pour cerner les dynamiques qui animent ce secteur.

Les métiers de banque islamique, et dans une large mesure, la finance islamique, sont profondément enracinés dans l’économie islamique et essentiellement régis par la Sharia, un corpus législatif englobant les préceptes religieux de l’Islam.

La Sharia ou sa section financière connue sous le nom de Fiqh Al-Muamalat (Règles islamiques sur les transactions) permet aux intermédiaires financiers de s’engager dans toute forme d’activité économique à condition qu’ils n’imposent pas d’intérêt (Riba) et évitent les secteurs interdits (Haraam).

La Sharia promeut fortement le partage des risques entre les investisseurs ainsi que les transactions économiques avalisées par des immobilisations corporelles telles qu’un terrain ou des machines, mais proscrit les produits dérivés.

Un produit dérivé est un instrument financier dont la valeur fluctue en fonction de l’évolution du taux ou du prix d’un autre produit (appelé sous-jacent). Il sert majoritairement à couvrir des risques ou à des spéculateurs de bénéficier des effets de levier. L’agitation récente sur les marchés financiers globaux et le chaos socio-économique qui en résulta doivent leur existence à un type de produit dérivé appelé Dérivés sur événement de crédit (Credit Default Swap, CDS en anglais).

Les points de vue étrangers au monde musulman peuvent trouver les restrictions de la Sharia délétères pour un développement économique durable car ce que la jurisprudence musulmane définit comme vice (jeux, filmographie érotique, alcool, etc.) non seulement constitue un pan essentiel du PNB de beaucoup de pays, mais est également un concept social et temporel discutable.

Nonobstant, une pléthore d’observateurs affirment maintenant que les contraintes propres à la finance islamique ont été salvatrices pour la santé financière des établissements bancaires face à la crise économique récente.

Plusieurs facteurs sous-tendent un essor potentiel de la finance islamique, y compris les dépôts d’épargne croissants des habitants des pays riches du Moyen-Orient, des nombreux projets d’infrastructure et de l’apparition d’une grande classe moyenne.

L’International Financial Services London, structure basée au Royaume-Uni, estime que les capitaux islamiques ont augmenté de 35% à $951 milliards entre 2007 et 2008, même si le secteur « a fait une pause » en 2009, conséquence de l’environnement économique morose du moment.

Selon Mohammad Abu Hammour, ministre jordanien des finances, le secteur bancaire islamique a connu un taux de croissance annuel de 10 à 15 %, et il y a actuellement plus de 300 banques islamiques dans plus de 50 pays, avec des grandes concentrations remarquables en Iran, en Arabie Saoudite et en Malaisie.

La plupart de ces banques et intermédiaires financiers appartiennent à des actionnaires locaux mais des pans croissants de la sphère islamique sont de nos jours investis par des sections spécialisées des banques occidentales.

HSBC Amanah, la succursale islamique de HSBC, est une illustration de cette tendance.

Le secteur bancaire islamique est fortement rentable et l’intense intérêt des étrangers corrobore clairement le fait que ce secteur connaîtra une forte hausse une fois que les nations émergentes du monde musulman useront de leurs réserves de change colossales pour développer structurellement des secteurs-clés de leurs économies.

Néanmoins, beaucoup de questions pendantes continuent d’estropier la finance islamique et l’empêchent toujours d’excéder le 1% qu’elle détient actuellement dans le marché bancaire mondial.

La première est afférente aux besoins de couverture de risques des banques islamiques – surtout celles qui s’engagent dans des transactions pluri-monétaires – et à la création de produits financiers conformes aux préceptes religieux. Les spécialistes du secteur doivent être innovants parce que les instruments dérivés, outils importants de gestion de risques,  sont interdits par la Sharia. Les progrès sur ce point demeurent encore minimes.

En second lieu, les universitaires islamiques doivent concevoir et inculquer un corpus législatif homogène aux agents financiers pour éviter un désavantage asymétrique dans le marché. L’immensité d’une telle tâche ne peut être sous-estimée parce que l’Islam comprend de multiples écoles de pensée et les interprétations divergentes de certains préceptes religieux peuvent devenir, si l’on n’y prend garde, des pierres d’achoppement insurmontables.

L’Islam sunnite est la plus grande branche de l’Islam avec 85% des 1.5 milliard de Musulmans dans le monde bien que la variété d’écoles de pensées crée souvent une diversité des vues.

Si une banque localisée en Arabie Saoudite sunnite se trouve en désavantage législatif face à une banque iranienne régie par les préceptes de l’islam shiite ou une institution financière en Oman kharijite, alors émergeront indubitablement des déséquilibres fondamentaux sur le marché.

Troisièmement, le secteur a besoin d’harmoniser ses pratiques pour se développer. Cette uniformité est nécessaire non seulement au niveau des autorités de régulation mais  également dans les normes de comptabilité et de gestion de risques, aussi bien intérieurement (dans le monde islamique) qu’extérieurement (vis-à-vis d’autres aires financières dans le monde). Un exemple pratique sera de rechercher une conformité aux normes internationales d’information financière (IFRS) et les normes de Bâle II.

Enfin, les banques islamiques devront s’engager dans une campagne sophistiquée et ciblée de communication visant les autorités de régulation des États-Unis et de l’Union Européenne (principalement) ainsi que leurs clients potentiels dans l’hémisphère occidental. Cet effort sera nécessaire pour changer le regard de l’opinion publique sur la qualité et le positionnement de leurs produits et services, tout en effaçant les stigmates que les événements géopolitiques passés (et actuels) ont pu laisser sur la « marque islamique ».

La finance islamique expliquée par Anass PATEL

From Wall Street to Dubai – The Lucrative Idiosyncrasies of Islamic Banking

March 4, 2010 59 comments

Religious limitations within Islamic jurisprudence have kept Islamic banks more cash awash than their risk-taking Western counterparts after the recent economic hubbub, but gradual reforms need to take place for the industry as a whole to experience a structurally sustained positive growth in the future.

By Marquis Codjia

Lire en français
A supranational symposium of key financial players took place recently (March 2nd and 3rd, 2010) at the posh King Hussein Bin Talal Convention Center on the shores of the Dead Sea, circa 25 miles southwest from Amman, Jordan.

The event received trifling media interest from major western news outlets; however, behemoths in the global banking industry were closely eyeing pivotal decisions that may be announced in the final communiqué.

They were right to do so.

The gathering, the first Islamic Finance and Investment Forum for the Middle East, occurred in economically healthy and politically stable Jordan – a prominent ally of the West in a geostrategically susceptible region, – which enjoys the highest quality of life in the Middle East and North Africa Region, according to the 2010 Quality of Life Index prepared by International Living Magazine.

Another essential factor to heed lies in the fact that participants were among the crème de la crème of the Islamic financial marketplace, a group of over 350 bankers and experts from 15 countries that are spearheading transformational shifts in an economic sector likely to experience solid growth in the foreseeable future.

A bird’s eye view of Islamic banking is utile to fathom the industry’s core dynamics.

Islamic banking – and to a larger extent, Islamic finance – is deeply rooted in Islamic economics and quintessentially governed by Sharia, a legislative corpus that encapsulates the religious precepts of Islam.

Sharia or its financial section known as Fiqh al-Muamalat (Islamic rules on transactions) allows financial intermediaries to engage in any form of economic activity so long as they don’t charge interest (Riba) and shun businesses implicated in forbidden (Haraam) undertakings.

Sharia strongly furthers risk sharing among investors and economic transactions collateralized by tangible assets such as land or machinery but outlaw derivative financial instruments.

A derivative instrument is a product that derives its value from other financial instruments (known as the underlying), events or conditions. It is mostly utilized for hedging risk or speculating for profit. The recent turmoil in global capital markets and the ensuing socio-economic pandemonium owe much of their existence to a type of derivative called Credit Default Swap (CDS).

Viewpoints alien to the Muslim world may find Sharia restrictions deleterious for sustained economic development because what Muslim jurisprudence defines as vice (gambling, adult filmography, alcohol, etc.) not only plays a vital role in many countries’ GDPs but is also an arguable social and temporal concept.     

Notwithstanding, a plethora of observers now contend that constraints within Islamic finance have successfully shielded Sharia-compliant institutions from the recent economic meltdown while keeping their coffers cash awash.

Several factors support a potential Islamic finance boom, including skyrocketing deposits from denizens of oil-rich populated countries, numerous infrastructure projects and the emergence of a large middle class.

UK-based International Financial Services London estimates that Sharia-abiding assets have grown by 35% to $951 billion between 2007 and 2008, even though the industry “paused for breath” in 2009 amid the ongoing economic lethargy.

According to Mohammad Abu Hammour, Jordan’s minister of finance, the Islamic banking sector witnesses an annual growth rate of 10-15 % and there are currently over 300 Islamic banks in more than 50 countries, with large concentrations noted in Iran, Saudi Arabia and Malaysia.

Most of those banks and financial intermediaries are owned by native shareholders but growing swaths of the Islamic banking sphere are being populated by specialized sections of “ordinary” full-service Western banks.

HSBC Amanah, the Islamic finance arm of HSBC, is an illustration of that trend.

Islamic banking is highly profitable and the heightened foreign interest conspicuously corroborates the notion that the industry is bound to expand once emerging nations within the Muslim world are willing and able to use their gigantic cash reserves to structurally develop core sectors of their economies.

Nonetheless, many pending issues are still crippling the Islamic finance sector and prevent it from exceeding the 1% share it currently holds in global banking business.

The first relates to the need for Islamic banks to devise risk-hedging strategies – especially those engaging in cross-currency transactions – and instruments that are compliant with regulatory precepts. Specialists within the industry have to be creative because derivatives, a major hedging tool, are prohibited by Sharia. Progress in that area is still timid.

Second, Islamic scholars need to devise and inculcate a homogenous body of legislation to financial agents to avoid asymmetric disadvantage in the marketplace. The immensity of such a task cannot be underrated because Islam has multiple schools of thought and divergent interpretations of certain religious precepts can often turn out to be insurmountable stumbling blocks.

Sunni Islam is the largest branch of Islam with at least 85% of the world’s 1.5 billion Muslims although the endogenous variety of schools of thoughts often creates a diversity of views.

If a bank located in Sunni Saudi Arabia finds itself at a regulatory disadvantage versus an Iranian bank ruled by the precepts of Shiite Islam or a financial institution in Kharijite Oman, then evidently fundamental market disequilibria will emerge.

Third, the sector needs to harmonize practices to grow. Uniformity is needed not only in regulatory oversight but also in accounting and risk standards, both internally (within the Islamic world) and externally (vis-à-vis Western or other regional financial zones). A practical example will be to seek compliance with I.F.R.S. (International Financial Reporting Standards) and Basel II Banking Accords.

Finally, Islamic banks will need to engage in a sophisticated, well-targeted communication campaign aimed at educating skeptical U.S. and E.U. regulators (primarily), as well as prospective clients in the Western hemisphere. This effort will be pivotal in shifting public perception of the quality and positioning of their products and services and in expunging the stigma that erstwhile (and current) geopolitical happenings may have placed on the “Islamic brand”.


Dr. Abu Ameenah Bilal Philips on Interest and Islamic Banking