Home > Actualités, Français, Société & Culture > Avantages et Dangers de Facebook et Leurs Impacts Sur le Commerce Electronique

Avantages et Dangers de Facebook et Leurs Impacts Sur le Commerce Electronique

Par Marquis Codjia


Read in English

Le demi-milliard d’utilisateurs actuels de Facebook constitue un marché gigantesque dans le commerce global et un baromètre-clé dans d’autres secteurs, y compris la politique, les mass-médias, le monde sportif et les activités caritatives. Compte tenu de la diversité de ses membres et son expansion géographique, le premier portail social constitue une population numérique qui s’apparente à une organisation mondiale.

En fait, Facebook s’est métamorphosé récemment en un “ONU sur internet” – du moins lorsqu’on tient compte de la couche de la population mondiale qui sait utiliser l’ordinateur.

L’on pourrait analyser les usagers de Facebook sous plusieurs angles, en fonction de l’objectif de l’étude ; toutefois, pour des raisons de commodité, deux domaines peuvent être retenus pour représenter la diversité des membres.

Le premier est anthropologique et est indissolublement lié à l’instinct grégaire basique des humains. Les usagers peuvent s’inscrire en tant qu’individus et inviter des amis – et les amis des amis – pour créer et maintenir leurs propres groupuscules sociaux ou réseaux. Avec d’autres fans, ils expriment leur admiration pour une entreprise, une marque, un produit ou un individu. Ils montrent leur engagement pour une cause en rejoignant des groupes ou des forums. Lorsqu’ils en ont envie, ils s’adonnent à des jeux, quiz  ou autres créneaux de divertissement disponibles sur le site.

Le deuxième domaine est socio-économique. Les membres peuvent s’identifier comme individus – c’est-à-dire les consommateurs, ou la demande – ou en tant qu’organisations – c’est-à-dire les producteurs, ou l’offre. Ce dernier groupe peut être subdivisé aussi en entreprises, organisations caritatives, politiciens et célébrités.

Pour les particuliers, Facebook offre force avantages. Les usagers peuvent rechercher des nouveaux ou anciens amis, échanger avec ceux-ci, et élargir leurs réseaux à d’autres personnes qui partagent leurs goûts, à l’aide des amis de leurs amis ou des groupes auxquels ils adhèrent. Ils accèdent à d’utiles renseignements auxquels ils n’auraient autrement pas accès – rapports universitaires, documents de recherche, lancement en ligne de produits électroniques, etc. Les membres peuvent également partager des photos, vidéos et documents audio, et utiliser le portail comme une agence matrimoniale efficace.

Cette contigüité est utile car elle permet aux utilisateurs de communiquer sans crainte avec des connaissances ainsi que des étrangers, et fournit une illustration empirique de la théorie des six-degrés de séparation.

La théorie des six degrés de séparation, également appelée théorie de la “toile humaine”, explique que toute personne sur terre serait reliée à n’importe quelle autre, au travers d’une chaîne de relations individuelles comprenant au plus cinq autres maillons.

Les dangers de Facebook se rapportent principalement à l’intrusion dans la vie privée et au manque de productivité.

Indéniablement, une présence sur internet comporte un risque d’étalage de la sphère privée, que ce soit dans les portails sociaux ou autres forums; les usagers de Facebook renoncent ainsi à une partie de leur vie privée simplement en s’inscrivant et en postant des « mises à jour » sur leur “murs”, puisque personne ne sait avec un haut degré de certitude comment les données des membres sont gérées. Cette violation de la vie privée est accentuée par les paramètres de confidentialité inadéquats que la plupart des usagers, en particulier les mineurs et les personnes âgées, présentent dans leurs comptes, ce qui les rend vulnérables aux prédateurs en ligne et à d’autres comportements illicites. Les membres – à contrecœur et à leur insu – peuvent être référencés (« taggés ») dans des images et des écrits qui pourraient fournir une représentation étrange ou inexacte de leur personnalité, leurs vues ou leurs intérêts.

Tout simplement, Facebook peut éroder ou détruire la réputation d’un individu au fil du temps, sauf s’il contrôle strictement comment ses données privées sont diffusées.

L’intrusion dans la vie privée peut également se produire par le biais de la pléthore d’applications disponibles sur le site; ces outils sont des formidables techniques de marketing qui servent à recueillir des informations précieuses – y compris les adresses e-mail – des membres, lesquelles peuvent ensuite être vendues à des entreprises légalement constituées ou des organisations illégales (par exemple, les « spammeurs » ou fournisseurs de courriers indésirables). Par exemple, considérons, un instant, une question comme « Quelle est votre robe de mariée de rêve? » et imaginons, ensuite, quel trésor d’informations précieuses les participants fournissent aux acteurs de l’événementiel nuptial, alors que ces intervenants, naïfs et crédules d’habitude, croyaient participer au départ à un simple jeu.

Sur le plan de la productivité, l’utilisation de Facebook favorise un climat de procrastination et de dépendance, conséquence directe des diverses fonctionnalités (jeux, etc.) existant sur le portail. Nonobstant, ce comportement est le bienvenu pour Facebook, parce que plus les utilisateurs passent du temps sur le site, mieux c’est.

Pour les organisations et les célébrités, y compris les politiciens, une présence sur Facebook offre moult avantages et relativement peu de risques. Cette absence de préjudices est le produit de la sophistication de la gestion des risques et des techniques de promotion de marque qu’utilisent ces entités et les fonctionnalités intégrées disponibles sur le site. Vu que les sociétés ont un contrôle total de leurs comptes Facebook, elles utilisent leurs pages Facebook comme des extensions naturelles à leurs sites Web ou leurs intranets.

Les avantages pour ce groupe se rapportent principalement à l’amélioration de leur qualité de marque et de leur stratégie commerciale en ligne. Une présence sur Facebook favorise un changement des paradigmes tactiques d’e-commerce. Les organisations peuvent évaluer leur « part de marché numérique » et leur niveau de popularité par leur nombre de fans comparativement à des rivaux, stratifier démographiquement ces fans selon les sections ou niches désirées, même si de tels chiffres peuvent ne pas refléter la part de marché réelle.

Avoir des admirateurs sur des pages ou dans des groupes est inestimable parce que les entreprises et les célébrités ont à leur disposition une base de données de clients potentiels gratuite et fiable, sur qui elles peuvent tester de nouveaux produits ou services. Les newsletters, jeux et applications de Facebook offrent un moyen direct de mener des études de marché moins cher et recueillir les commentaires des consommateurs personnellement. Par exemple, une entreprise peut tester un nouveau concept sur des fans de Facebook, ou sur un échantillon représentatif, avant de faire progresser son processus de R&D et de lancer un nouveau produit.

Des communiqués officiels peuvent également être directement diffusés, en temps réel, à de vastes pans de la clientèle. D’autres options intéressantes sont présentes sur Facebook Ads (Facebook Annonces), un service qui permet aux usagers de cibler une démographie spécifique, et Marketplace, un marché numérique où les produits peuvent être commercialisés directement aux clients.

  1. Susie
    April 15, 2010 at 11:49 pm

    Facebook a effectivement beaucoup d’inconvénients, je l’ai appris à mes dépens.

  2. Zodiaque
    April 15, 2010 at 11:50 pm

    Merci de partager ceci.

  3. Titrea
    April 15, 2010 at 11:50 pm

    cool😉

  4. Solange Paule
    April 15, 2010 at 11:51 pm

    De toutes les façons, on est toujrours exposé quand on va sur le net

  5. Echo Réso
    April 15, 2010 at 11:52 pm

    bon article

  6. Joulia
    April 15, 2010 at 11:54 pm

    Pkoi n’y a t’il pas de concurrent sérieux à FB, pcq’ils st tous simplement les meilleurs.

  7. Sylvia
    April 15, 2010 at 11:56 pm

    merci de partager cet article

  8. Roissy
    April 16, 2010 at 12:04 am

    Bon article, les réseaux sociaux en général sont de bons outils à utiliser avec modération. Un peu comme l’alcool😉

  9. Jean de Lille
    April 16, 2010 at 12:04 am

    Moi je fais surtout attention aux photos sur Facebook, il y en a beaucoup qui mentent…

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: